La démocratie s’en va, l’infirmière s’en va

Réaction face au cri du cœur de Laura, infirmière, qui n’a pas perdu sa lucidité et son sens critique en cette période de « putch sanitaire ». Une réaction commentée.

À juste titre, elle rappelle que ces vaccins ARN dont les effets à moyens et longs termes (qui ont déjà tué des gens y compris au sein du personnel hospitalier) sont inconnus faute d’un recul en terme de décennies, peuvent être comparés à ces médicaments dont le grand public ne s’est pas méfié :

La dépakine (ou valproate de sodium) : scandale de 2016. En cause, le valproate de sodium responsable de malformations, de retards intellectuels et moteurs, et de cas d’autisme chez les enfants exposés et les nouveaux-nés.

Le thalidomide (utilisé comme sédatif et anti-nauséeux notamment chez les femmes enceintes) : Il fut adopté le 1er octobre 1957 dans plus d’une cinquantaine de pays. Dès l’automne 1961, en Grande-Bretagne, en Allemagne et en Australie, on assista au nombre important de nouveau-nés sans bras ou sans jambes, atteints de malformations du cœur ou du tube digestif ou d’autres monstruosités. En Allemagne 4000 enfants ont été touchés.

« Entre 1956 et 1962, 10 000 enfants sont nés dans le monde avec des jambes ou des bras atrophiés, voire sans membres car leurs mères, pour soulager les nausées matinales, avaient pris de la thalidomide durant leur grossesse »

(Source ici).

Laura nous rappelle donc que foncer tête baissée avec « la vérité des labos » comme seul credo (l’hypnose de masse des chaînes TV du pouvoir) peut être irresponsable quand aux effets catastrophiques qui peuvent survenir après la prise de ces produits expérimentaux.

Ce n’est pas le père de Maxime Beltra qui donnera tort à Laura : il a perdu son unique fils, jeune et en bonne santé, par un vaccin ARN. De quoi faire réfléchir tous les parents qui veulent faire vacciner leurs enfants pour la rentrée… Depuis quand la mort programmée du citoyen fait partie des valeurs de la République ? Il faut sortir de cette hypocrisie de l’intérêt des lobbies (les labos augmentent leurs prix) pour qui les effets provoqués (morts et morbidités) sont acceptables pour se prémunir d’un virus qui devient de moins en moins létal… D’où la nécessité de manipuler le peuple par les médias mainstreams pour diffuser des peurs (comme on l’a vu avec le ton théâtral qui devait être « grave et catastrophiste » rappelé par le préfet de Guadeloupe lors d’une conférence de presse) et faire du bourrage de crâne.

« Le citoyen doit affronter un vaccin si fiable qu’il doit être menacé pour le prendre contre une maladie si mortelle qu’il doit être testé pour savoir s’il l’a… »

(repris sur les réseaux sociaux) Coluche aurait pu la sortir…

Autre possibilité : suite à l’injection d’un vaccin ARN, se retrouver malade tout au long de sa vie et devoir se soigner pour cas de thrombose et d’épilepsie comme cette femme ci-dessous :

Les cas de thrombose impliquent la protéine Spike qui va dans le sang.

Ou bien se retrouver paralysée comme Jennifer Gibson deux semaines seulement après une injection d’AstraZeneca :

Ou encore, comme c’est arrivé à un homme de 28 ans en bonne santé avant sa première injection du vaccin Moderna dans un hôpital du Val d’Oise, voir son système immunitaire effondré avec un diagnostic de tuberculose.

Voici un lien bien documenté sur les effets secondaires, ainsi qu’une vidéo Odysee.

Par ailleurs, la réalité du terrain est bien connue des infirmières et des pompiers : de nombreuses personnes âgées décèdent d’AVC suite à l’injection des vaccins ARN. Mais l’information « ne remonte pas » étant donné la situation politique mise en œuvre complice des lobbies (les médecins corrompus attribuent les décès survenus suite aux vaccins à d’autres causes)… Ceux qui osent parler doivent ensuite subir des pressions comme ce jeune pompier courageux lyonnais qui a bravé les interdits et qui a été « recadré » par la direction semble-t-il… Bien entendu, les médias « co.labos » démentent… mais pourquoi un pompier ferait-il remonter une fausse information à un député du Rhône ? Écoutez bien la fin de la vidéo, vous comprendrez vite la situation…

EFFETS SECONDAIRES SUR LES ENFANTS

Et cet acharnement à vouloir vacciner les enfants a aussi un prix en terme d’effets secondaires… Un enfant devenu aveugle déclaré, mais combien d’autres ? Et combien d’autres symptômes graves ? Pourquoi jouer avec la vie de nos enfants qui n’ont rien à craindre du Covid-19 pour la majorité lorsqu’ils sont en bonne santé ? Devons-nous accepter toutes ces dérives pour la puissance des lobbies et par la contrainte d’un État devenu totalitaire par ses pratiques ?

Rappelons que ces labos se sont débrouillés avec leurs avocats pour dégager toute responsabilité juridique des effets secondaires encourus sur ces vaccins ARN. Quant à l’État français qui de toute façon n’a jamais reconnu ni les cancers de la thyroïde suite à Tchernobyl (la radioactivité ayant été jugée soit inoffensive, soit stoppée aux frontières du territoire français), ni les cancers suite aux essais nucléaires en Polynésie française, il est certain qu’il ne reconnaîtra pas non plus les effets secondaires des vaccins ARN (les médias du pouvoir les nient en bloc). La preuve ? La recherche d’une impunité totale pour toutes les dérives déjà commises et à venir par le Conseil d’État…

Toutes les familles qui perdent leurs proches (dont peut-être leurs enfants) en raison de l’injection de ces vaccins ARN n’auront donc que leur colère et leurs larmes dans une politique française qui joue l’hypocrisie et le cynisme, ainsi que « la pédagogie » auprès des jeunes sans doute plus manipulables. Il est important de faire connaître la toxicité de la protéine Spike des vaccins ARN dénoncés en premier lieu par Robert Malone, l’inventeur de cette technologie, puis aussi par la Dr. Sherri Tenpenny.

Ainsi, notre Machiavel en marche qui impose ces vaccins (par toutes les sanctions mises en œuvre en cas de refus) qui ont déjà tué du personnel soignant juge « égoïste » le principe de précaution et le droit de disposer librement de son corps, comme si le statut de cobaye devait être un principe moral en démocratie. Rappelons qu’en prison, il est interdit de vacciner contre la volonté des prisonniers puisqu’ils ne doivent pas servir de cobayes. Pauvre France où le citoyen a moins de droit qu’un prisonnier en cellule ! Folie certaine et irrationalité de cette dictature sanitaire. Égoïste donc le fait de prendre soin de sa santé, de sa famille et de ses proches. Et il dit cela à qui ? À des gens qui sauvent des vies tous les jours dans le cadre de leur métier. À des gens qui connaissent sur le terrain les effets secondaires de ces vaccins ARN du moins ceux qui sont à très courts termes. Un gouvernement qui rappelons-le interdisait la vente des masques en pharmacie sur ordonnance médicale (une pharmacienne condamnée pour cela) et interdisait le port des masques aux forces de l’ordre… pour finalement autoriser les masques en tissu faits maison qui ne filtrent que 1 % du virus, ruse qui a très bien fonctionné au sein de la population en jouant de la confusion entre la norme Afnor (qui n’a rien à voir avec la filtration des virus) et les normes FFP2. S’il est égoïste de ne pas vouloir finir à la morgue ou sur un lit d’hôpital, comment nommer la suppression des lits dans les hôpitaux (par pression du diktat européen : cf. la vidéo ci-dessous), les malades étant souvent installés dans les couloirs sans avoir aucune intimité ? Ce mépris pour la vie humaine et envers ceux qui ont fait le serment d’Hippocrate n’est-il pas indigne ? Mais il est vrai que pour Machiavel (appliqué à la lettre), la fin justifie tous les moyens, même les plus ignobles.

Le gros décalage entre les paroles et les actes…

L’expérience de Milgram

Venons-en justement à l’expérience de psychologie que l’infirmière Laura rappelle à la fin de sa vidéo : l’expérience de Milgram.

Pour les cinéphiles, regardez le film « I… comme Icare » d’Henry Verneuil (1979) avec Yves Montand dans le rôle principal.

Extrait du film « I comme Icare » : la séquence illustrant l’expérience de Milgram

De quoi s’agit-il à travers cette expérience ? En fait, il suffit de se rappeler ce que disaient pour leur défense les tortionnaires nazis suite à leur capture après 1945 : « je ne suis pas responsable, j’ai obéi aux ordres ». Cette expérience vise à autoriser à faire souffrir par des décharges électriques de plus en plus fortes un individu qui donnerait de mauvaises réponses à un questionnaire. Une forme de torture « légalisée ». Le bourreau pouvant dire qu’il agit non pas de lui-même, mais sur ordre de quelqu’un d’autre qui a autorité.

Quel est le rapport avec la situation actuelle ?

Notre Machiavel en marche veut mettre en place une hiérarchie d’agents « co.labos » qui auront le pouvoir de contrôler la masse des gens par le passeport discriminatoire. On leur donne ainsi du pouvoir dont ils peuvent se servir pour nuir aux gens : les dénoncer à la police (pour des sanctions, des poursuites, des arrestations).

Mais on peut aussi penser à tous ceux qui vaccinent de force contre tout sens éthique, chaque vaccin ARN étant une petite bombe à retardement pour notre système immunitaire en raison de la toxicité de la protéine Spike dénoncée tout d’abord par l’inventeur de la technologie de l’ARN : Robert Malone, ainsi que par la Dr Sherri Tenpenny.

L’expérience de Milgram expose en fait un système de barbarie qui a sa place dans toute dictature.

On peut aisément deviner aussi les dérives du passeport sanitaire : les assurances qui ayant accès aux données médicales des gens doublent les frais de couvertures auprès des gens malades ou fragiles, les chefs d’entreprises qui ayant accès à ces mêmes données, licencient ou poussent à la démission le personnel montrant des failles de santé, etc.

Quant aux vaccinés : obligation de tester un vaccin ARN tous les 6 mois, avec les rappels contraints, tracés et menacés constamment. Sans doute que le but escompté sera que les vaccinés subissent de nombreuses doses pouvant aller jusqu’à 10 (au fil du temps et des variants). Autant dire que pour les plus résistants, à partir de 6 doses, leur système immunitaire lâchera. Nous aurons ainsi un peuple de malades et de mourants, totalement soumis et passifs à la Dictature En Marche… Qui veut vivre dans cette France lâche et soumise qui nous rappelle le gouvernement de Vichy pendant l’occupation ?

Le ministre de l’Éducation Nationale veut « évincer » des élèves (on ressent tout l’amour qu’il porte aux enfants par le choix de ce verbe) : les enfants non vaccinés. Alors que les vaccinés sont tout autant contagieux que les autres et peuvent aussi attraper la Covid-19 comme l’ont montré l’Angleterre et Israël, ce qui rend absurde une telle mesure.

Au Royaume-Uni, selon les données de l’agence Public Health England publiée le 25 juin : sur 117 personnes décédées du variant Delta, 50 avaient reçu deux doses et 20 avaient reçu une dose. En Israël, 40 % des cas positifs au Covid-19 sont vaccinés selon l’ancien directeur général du ministère de la Santé (source ici).

La démocratie s’en va, l’infirmière s’en va. Car elle a une dignité, des valeurs éthiques et morales. Autant faire le choix d’une médecine parallèle respectueuse de la santé du corps que de vendre son âme aux « co.labos ».

Manifestation non couverte par les médias « co.labos »

Comme l’a compris et rappelé Florian Philippot, il ne faut surtout pas tomber dans le panneau des vaccinés opposés aux non-vaccinés car une tyrannie s’exerce contre tout le peuple. Les cafetiers et restaurateurs ont déjà constaté qu’ils étaient traités comme des délinquants par notre gouvernement. Par ailleurs, ce Machiavel n’a jamais caché dès le début de son investiture la suppression des postes du service public. La destruction est en marche : de nos institutions, de nos droits, de nos libertés fondamentales. Tout cela au nom d’une Europe mondialiste qui doit « déconstruire les nations » pour les soumettre.

La France, pays de la liberté et des droits de l’homme devrait être un modèle de dictature pour les autres pays européens avec la complicité des médias du pouvoir ?

Non. Vaccinés comme non-vaccinés doivent refuser cet avenir où l’homme n’a plus qu’un statut d’esclave. La devise républicaine était « liberté, égalité, fraternité ou la mort ».

Mais alors que faire ? Soutenir tous les artisans politiques des valeurs de la liberté, militer pour le Frexit pour retrouver une vraie capacité d’action souveraine (qui n’interdit en rien les échanges commerciaux internationaux et les alliances avec les pays amis), boycoter tous les lieux complaisants avec le gouvernement qui appliquent « le passeport de la honte », et dès la rentrée, faire agir tous les syndicats pour mettre en œuvre des blocus successifs qui mettront un terme à la Dictature En Marche. Cela en notre nom et au nom de nos enfants, petits-enfants pour que la vie ne devienne pas un enfer au quotidien. La passivité est une forme de complicité.

Hommage soit rendu à tous ces résistants des temps modernes en Belgique (je pense notamment au Dr Stéphane Résimont), en France, en Italie comme ailleurs qui par intégrité sont contraints de donner leur démission ou sont « virés ».

Source : Medicatrix.be

Bravo à Laura, cette infirmière qui en quelques secondes a fait parler son cœur pour nous sortir de notre torpeur. Bravo à Jodie d’Annecy et à toutes celles/tous ceux qui démissionnent pour ne pas prendre part à la dictature des khmers blancs. Rappelons-nous bien que les soignants ne sont pas tous corrompus par l’intérêt des labos. Vive cet égoïsme qui sauve des vies au nom de nos droits et de nos valeurs et qui par ce geste responsable refuse l’apartheid !

La spiritualité consiste aussi à défendre des valeurs lorsqu’elles sont bafouées et en « pass » de disparaître.

Qu’est-ce que ne vivront pas tous ceux qui donnent leur démission ? Ils ne vivront pas « l’hôpital de la honte » : par exemple, le refus d’entrée pour un IRM à un patient qui n’avait pas son paSS sanitaire (expérience vécue et il y en a d’autres). Ou encore, le CHRU de Nancy qui plutôt de mettre leur budget sur les lits manquants et le personnel soignant nécessaire, va devoir l’engouffrer dans pas moins de 65 agents de sécurité ! Voici le monde de demain d’aujourd’hui en France dans la soumission à la tyrannie européenne (puisque ça concerne aussi d’autres pays comme l’Italie).

Le QR code de la macronie, c’est le concept du « Village » de la série Le prisonnier avec Patrick McGoohan : devenir un prisonnier de cette société… à perpétuité. Car les paroles d’un Machiavel sont aussitôt contredites dans les actes, n’ayant aucune valeur.

« Je ne suis pas un numéro. Je ne suis pas un QR code ! ». Et nous devons ajouter « je ne suis pas un cobaye ! ».

Conseil de lecture

Stanley MILGRAM, Soumission à l’autorité, Fayard/Pluriel, 2017.