Bien choisir son masque

Face à la pénurie actuelle, beaucoup choisissent de fabriquer leurs propres masques, mais il faut savoir que selon une étude parue dans The New England Journal of Medecine, le SARS-CoV-2 a un diamètre qui varie entre 60 et 140 nm (nm = nanomètre, sachant qu’un nanomètre est un millième de millimètre). 60 nm = 0,06 micron. Il faut donc se méfier des masques faits maison qui ne feront pas barrage et donneront une fausse et dangereuse impression de sécurité. Se méfier des masques faits maison, mais aussi des masques qui ne sont pas aux normes, tout simplement, comme la Finlande en a fait l’expérience avec des masques qui provenaient de Chine.

À propos des masques chirurgicaux

Les masques chirurgicaux ont de nombreuses faiblesses :

  • ils ne filtrent qu’à 78%
  • ils sont fragiles (surtout si on tousse dedans)
  • ils ne durent que 3 heures en moyenne
  • ils ne sont pas hermétiques sur le visage
  • ils produisent une fuite vers l’extérieur de 22 %
  • ils ne tiennent pas toujours en place, ce qui oblige des manipulations

C’est pour cette raison que certains médecins disent que ce sont des « passoires« . En effet, Jean-Paul Hamon déclare :

« Les masques chirurgicaux sont disponibles, mais ce sont des passoires. Cela ne protège que les personnes autour de vous quand vous toussez, ça ne protège pas le porteur de masque. Si vous suturez un visage, si vous êtes ORL, dentiste, c’est nettement insuffisant « .

Le décès bien regrettable de cette aide-soignante à Mulhouse, mère de trois enfants, qui travaillait avec un masque chirurgical (dans un Ehpad) pourrait en être la preuve car étant donné son travail, il est à peu près certain qu’elle savait manipuler son masque correctement, bien qu’elle n’avait pas de surblouse.

Alors si les masques chirurgicaux sont des « passoires », raison de plus pour les masques faits maison… Étant donné l’enjeu et le risque pour sa vie, il est plus sage de chercher à acquérir des masques avec des normes qui garantissent une filtration d’au moins 95%.

Dans l’attente des masques fabriqués en France (qui ne seront peut-être pas destinés au grand public), il est préférable de nous tourner vers des normes équivalentes au FFP2 français (EN149) : le N95 (US), le KN95 (Chine).

Depuis la mise en place du « pont aérien » entre la France et la Chine, ce dernier ne bloque plus la livraison à la douane des masques commandés sur Amazon, excepté bien sûr les contrefaçons, à raison. Il faut compter un minimum de trois semaines entre la commande et la livraison en France. La Poste a repris du service cette seconde semaine d’Avril 2020.

Les masques avec filtres changeables

Il exite des masques plus sécurisants qui dépassent la journée, avec des filtres que l’on peut remplacer. Certains ont même des systèmes de micro-ventilation intégrés ou bien des valves (comme sur l’illustration ci-dessous).

Certains modèles ont une parfaite adhésion au visage grâce à de la silicone. Si l’on investit sur la durée de la pandémie et les risques de nouvelles vagues (comme il y en a en Chine), c’est un bon choix car ce sont des masques durables, fiables, sécurisants, à condition de les décontaminer après usage quotidien (avec un sèche-cheveux 3 vitesses par exemple dont la température moyenne va de 90° à 125°). Les spécificités de ces masques high-tech couvrent le diamètre de 2,5 nm (PM 2,5). Rappelons que le diamètre du SARS-CoV-2 varie entre 60 et 140 nm. On est donc en toute sécurité, à condition, bien sûr, de veiller à ce que nos mains ne manipulent pas le masque une fois posé sur le visage. Voici une petite illustration pour se représenter un ordre de grandeur. Nous voyons un grain de sable en bas à gauche à côté d’un cheveu.

Enfin, voici un lien utile sur les différents types de masque, les normes, ainsi que les visières.