Calmer ses peurs, apaiser les esprits

Ceux qui banalisent le danger du Covid-19, puis qui effraient la population en nous disant que tout cela est un subterfuge excessif, sans réel fondement comme s’il s’agissait d’une banale grippe, d’une mise en scène orchestrée afin de créer un état totalitaire qui imposerait ses lois liberticides, participent, sans le savoir, à un climat anxiogène déjà très lourd par les drames humains qui se nouent actuellement. Nous sommes entrés dans une période où il existe des suicides et des tentatives de suicides. La vraie responsable se nomme : la peur ! Et nos peurs peuvent être irrationnelles car cette pandémie est planétaire, dévastatrice et nous a tous plongé dans l’inconnu.

Bien entendu, le drame est planétaire. Mais certains en rajoutent. Alors qu’il faudrait plutôt tenter au mieux d’alléger les fardeaux de ceux qui souffrent le plus et qui sont en première ligne et de ceux qui sont désorientés. Certains montrent le meilleur d’eux-mêmes, d’autres agissent en accentuant les problèmes. Nous constatons cette situation presque chaque jour.

Par ce blog, nous avons mis l’accent sur la nécessité d’apaiser ses peurs, de les rationaliser, mais aussi de faire preuve de discernement spirituel car la spiritualité, cela ne peut pas consister à être fier de semer le doute, la confusion dans les esprits, de répandre des thèses ultra conspirationnistes au point que certains perdent littéralement pieds. Nous devons réfléchir aux conséquences de nos paroles, tout autant que de nos actes.

D’autres pensent que ce sont les mensonges qui permettent de mieux contrôler la situation. Mais c’est faire preuve de mépris envers l’intelligence humaine. De plus, les mensonges mettent en danger la vie d’autrui. Les mensonges créent la perte de confiance et ouvrent la porte aux théories complotistes car fatalement, on se demande pourquoi l’on nous ment et ce que cela cache. Le mensonge systématique n’est donc pas la bonne stratégie à moyen et à long terme, même s’il peut paraître utile à court terme. Aujourd’hui, les mensonges tuent et portent une part de responsabilité dans le drame présent. Il y a plus d’honneur à dire la vérité et à affronter la dure réalité, tous ensemble, qu’à mentir car, en définitive, les mensonges participent aussi au climat anxiogène général. Cela ne permet pas de stimuler les belles énergies de la confiance et de la solidarité : tous unis dans la crise. Le climat actuel révèle une espèce de combat entre l’ombre et la lumière, ce qui déstabilise les plus fragiles et les plus éprouvés.

Alors, pensons aux gens fragiles qui ont besoin de retrouver de l’équilibre, de l’harmonie, de l’authenticité, cela les aidera à ne pas désespérer et à ne pas attenter à leur vie sous l’effet du désespoir.

La méditation peut aussi beaucoup aider : déjà parce qu’en étant calmes, nous sommes apaisants pour autrui, et aussi parce que ces énergies de confiance, de paix peuvent être des ressources importantes dans lesquelles nous pouvons tous puiser. En étant calmes, nous aurons des propos plus nuancés, voire trouverons des mots apaisants, nous serons un meilleur soutien.

Bien entendu, il ne s’agit pas non plus de capituler devant certaines horreurs du monde qui se révèlent soudainement à nous, mais il y a un temps pour chaque chose. Il y a un temps pour lutter contre le coronavirus du mieux que nous pouvons, et il y aura un autre temps pour corriger, modifier tout ce qui peut encore l’être pour contribuer à l’émergence d’un monde moins obscur.

Nous devrions nous montrer reconnaissants envers ceux qui au péril de leur vie, de leur carrière, de leur image sociale ont tenté de nous avertir, ont expliqué la situation, révèlent des informations vérifiables, nous redonnent même de l’espoir. Ils sont minoritaires, cela aussi est un constat comme si le monde devait offrir une image belle et lisse d’une réalité sans histoire. Voulons-nous participer au déni ? Faire ce choix mensonger joue le jeu de la corruption. Ou bien voulons-nous être honnêtes envers nous-mêmes et envers autrui ? Cela est une base saine pour reconstruire un monde meilleur lorsque la pandémie sera éteinte. On ne peut rien construire de sain par la corruption et le mensonge. Or, il est aujourd’hui évident pour beaucoup que le mensonge et la corruption sont légion. Cependant, même avec cette prise de conscience, il faut garder confiance et continuer à donner le meilleur de nous-mêmes. En agissant chaque jour dans cet état d’esprit, nous créerons forcément un monde meilleur car le monde est le reflet de ce que nous en faisons, collectivement et individuellement.

Rappelons aussi que ceux qui sont tentés de se réfugier dans la consommation du cannabis ne réalisent pas que cette drogue rend paranoïaque de nombreux utilisateurs. Dans le climat actuel, la paranoïa ne va pas aider. De plus, elle ralentit les processus cognitifs. Et du fait qu’elle ralentit les réflexes, elle occasionne aussi des accidents de la route, et donc des morts… En revanche, la pratique du sport sécrète des endorphines, ce qui est beaucoup plus sain et génère des pensées positives. Le sport permet aussi d’évacuer tout ce qui surcharge inutilement l’esprit. Il nettoye le corps si la pratique est régulière et non excessive. Cette pandémie peut être l’occasion de mettre en place de sains réflexes : avoir une meilleure hygiène de vie, pour le corps et l’esprit. L’addiction au tabac est parfois vaincue par une pratique sportive. Si nous pouvons vaincre de mauvaises habitudes par une meilleure hygiène, nous aurons aussi une conscience plus lucide, plus alerte, plus aiguisée. Un bon équilibre psychique dépend de nos choix sur de nombreux aspects de notre vie. Si nous vivons mieux dans notre corps et notre conscience, notre entourage également s’en portera mieux. Ne sous-estimons pas ce que nous pouvons faire de bien pour nous-mêmes et pour ceux qui nous entourent.

Nous devons apprendre à mettre de côté nos peurs et nos croyances, afin d’offrir une meilleure qualité d’actions et de paroles autour de nous. Aujourd’hui, chaque acte compte. Aujourd’hui, chacun d’entre-nous est une personne importante. Tous, nous avons un petit rôle à jouer et dans notre rayon d’action aussi petit soit-il, il y a de la grandeur. Pourquoi ? Parce que nous vivons une pandémie qui suscite du chaos et de la confusion. Parce que le Covid-19 tue et occasionne de graves séquelles chez certains qui n’en meurent toutefois pas et que cela génère souffrances et peurs. Parce que nous avons besoin d’être le plus responsable et cohérent possible dans nos actions présentes et nos préventions. Parce que tous, nous pouvons aider avec ce que nous savons faire, ce dont nous sommes capables. Nous pouvons révéler le meilleur de nous-mêmes. Cela peut être une aide extraordinaire dans un contexte si difficile pour certains. Chacun, nous pouvons faire la différence. Chacun, nous pouvons être dignes et fiers de nos actes. Ces temps difficiles nous en offrent l’opportunité.