La série « The Silent Sea » – toute obéissance doit-elle être aveugle ?

Certains scénaristes, auteurs, créateurs sont reliés à une source d’inspiration qui les dépasse. On sait que le roman Le Titan de Morgan Robertson en 1898 décrivait ce qui allait se passer avec le Titanic, comme si les lignes du temps étaient saisissables par une sorte de mancie artistique, que l’on pouvait se souvenir du futur. Cf. Le livre Demain est écrit de Pierre Bayard.

Je recommande cette série à ceux qui veulent comprendre ce que nous sommes en train de vivre et ce vers quoi nous allons. C’est métaphorique mais assez facile à décoder. La base lunaire pourrait symboliser les individus prisonniers de leur pays. On découvre qu’ils sont en mission mais on ne leur dit pas l’essentiel qui est vital pour leur survie… L’eau lunaire pourrait symboliser les vaccins vendus pour nous sauver. Et les traîtres symbolisent très bien ce qui se passe avec nos médias, nos élus, quant aux secours extérieurs que nous espérons, ce pourrait être les forces armées qui finissent le travail… Et nous découvrons le résultat final : une totale dépopulation avec une adaptation génétique des survivants. La série est récente, on dirait vraiment qu’elle a capté l’ambiance actuelle de la noosphère de nos élites mondialistes…

Ce n’est pas une critique de film, pas un synopsis. Je ne peux même pas dire que j’ai aimé vraiment cette série, c’est la portée métaphorique après-coup qui me semble saisissante ! La Lune est réaliste, l’ambiance aussi et le script est bien écrit, sans temps mort. Sur le plan filmique, c’est tout de même assez classique, n’offre pas la sensation d’une grande créativité. Mais si on voit la série dans une perspective prophétique, une saisie inconsciente de ce que nous vivons, tout semble fidèle. En fait, ce sont les symptômes covid/graphène qui sont étrangement proches de ceux de l’eau lunaire, amplification spectaculaire en plus, bien sûr. Le film n’est vraiment pas un chef d’œuvre, même si les décors sont réussis, que les acteurs jouent bien (les personnages secondaires sont tout de même assez pauvres). On ne peut pas dire que cela soit médiocre. Le thème est assez récurrent pour la Corée du Sud car évoque aussi la série coréenne « Search » de 2020 (déjà plus originale, bien qu’inspirée de Hulk, plus que Predator). On sent que l’idée d’une mutation génétique travaille l’inconscient collectif créatif. L’ère du temps transhumaniste sans doute avec ce que l’on pressent arriver. Les mensonges des autorités aussi, omniprésents dont nous payons toujours le prix fort… Signe d’une fracture de confiance ou bien d’un peuple qui commence à devenir plus adulte, moins naïf, ce qui serait bon signe… Ces deux séries pourraient introduire la thématique : « toute obéissance doit-elle être aveugle ? ».