La transparence : une façon d’être

« La transparence » n’est pas une thématique très utilisée en spiritualité. Pourtant, si l’on y réfléchit bien, ce n’est pas une notion inutile, loin de là. Citons en plusieurs aspects :

1. La transparence pour soigner l’égo

Nous avons tous un égo : nous sommes tous heureux de partager quelque chose de personnel, nous avons tous envie et besoin de nous exprimer. Quand nous n’y parvenons pas, il y a souvent introversion et souffrance. Nous sommes dans des relations d’échange avec autrui. L’harmonie ne consiste pas à vivre coupé de tout. Mais parfois notre égo peut étouffer celui d’autrui. Quelle place donnons-nous aux autres ? Si nous monopolisons la parole ou l’attention, par exemple, où est le véritable échange ? La transparence peut nous permettre de réaliser qu’être, c’est aussi vivre « la présence » de tous en un même lieu donné.

Vous êtes au milieu du monde, vous faites silence, vous vous faites transparent, comme l’air. Et vous laissez venir à vous tout ce qui se passe autour de vous et en vous-même. Vous ressentirez une communion et un Amour car cela fait du bien de dépasser son petit égo pour donner une place bien plus belle et bien plus grande à l’Être intérieur. C’est un exercice que l’on peut reproduire un peu partout. Parfois, on a même l’impression qu’on en devient invisible car les gens vivent leur vie juste à côté de vous, parlent naturellement pendant que vous observez en silence. Si vous êtes en paix, calme, bien intentionné, cette présence transparente ne dérange personne. Cela aide à comprendre notre juste place. Tout individu compte, tout échange compte. Pas uniquement notre petit égo qui ne fait que participer dans l’ensemble. La pratique de cet exercice simple et amusant, permet ensuite, dans l’échange, de mieux gérer le temps de parole : autant pour soi que pour autrui, voire plus encore pour autrui. Devenir autrui, d’une certaine façon, pendant l’échange. C’est aussi une façon de décupler sa réceptivité dans un lieu : nous sommes là, pleinement là, même si nous parlons avec quelqu’un. La transparence, ce n’est pas du non-être, c’est s’effacer pour vivre pleinement tout ce qui passe en un lieu donné. C’est loin d’être du non-être car cet exercice peut aussi nous ouvrir à l’évidence de la télépathie : nos pensées sont encore mieux captées par notre entourage. Les gens sont plus réceptifs qu’on pourrait le croire, même s’ils réutilisent toute pensée dans leur propre perspective. Cet exercice est une forme de lâcher-prise.

2. La transparence pour ne faire qu’un avec soi-même

Beaucoup de gens ne sont pas ce qu’ils semblent être car notre société de compétition basée essentiellement sur l’avoir favorise le mensonge et l’hypocrisie, et donc la manipulation et la tromperie. Beaucoup de gens ont des buts cachés. Ils avancent par conséquent masqués. Mais cette duplicité, non content de créer beaucoup de souffrances, de violences et de dégâts n’est pas sans conséquence pour l’individu lui-même qui se pollue intérieurement en s’éloignant de sa vraie nature spirituelle et en devenant de plus en plus confus. Si nous pouvons nous enliser dans l’obscurité sans forcément nous en rendre compte car c’est un processus progressif, l’inverse est également possible : devenir de plus en plus lumineux, devenir de plus en plus transparent.

La transparence dont il est question ici est de rechercher une unité cohérente entre nos pensées, nos paroles, nos actions, nos aspirations. La transparence permet d’éviter toute cette pollution que nous venons d’exposer.

« Quel qu’il soit, celui qui évite le mal dans ses actes, dans ses paroles et dans ses pensées, se gardant en ces trois domaines, je l’appelle un homme de bien » (paroles du Bouddha in Guy Serraf, Dhammapada, Louise Courteau, 1988, p. 128).

Nous y gagnons quoi ? De la joie, de l’authenticité et une bien meilleure qualité relationnelle. Nous attirons à nous les gens qui nous correspondent. Si nous vivons dans la duplicité, nous attirerons à nous des gens malveillants. Si nous vivons dans l’authenticité, nous attirerons à nous des gens « transparents » : qui sont ce qu’ils semblent être. La transparence peut être « une école d’authenticité ».

« Le Suprême en lui – un état d’être translucide vers lequel il [le chercheur méditant] doit continuellement se tourner quand il médite… » (Édouard Salim Michaël, La Voie de la Vigilance Intérieure, Guy Trédaniel, 2013).

Nous y gagnons aussi de l’efficacité puisque dans la transparence, le chaos, la confusion n’existent plus. La vie devient moins difficile. En somme, cela revient à épurer les choses, tant en nous-mêmes, qu’à l’extérieur, dans nos vies. C’est simple à mettre en œuvre. Simple et efficace. Nous sommes ainsi mieux compris de notre entourage, nos relations deviennent plus saines.

Enfin, cela aiguise aussi nos sens car nous détectons plus aisément ce qui, chez autrui, semble « tordu », plein de circonvolutions. Plus nous pratiquons la franchise, la transparence d’être, la réceptivité, plus nous sommes capables de discernement. Le cœur peut aussi avoir du sens critique car nous pouvons aller au-delà de la dualité, surtout quand nous la voyons, nous la comprenons. Nous pouvons mieux défaire « les sacs de nœuds ».

La transparence est une notion importante car dans les autres réalités d’existence, notre âme est transparente. Nous ne pouvons plus cacher nos véritables pensées.

« Jésus a dit : Connais Celui qui est devant ton visage. Et ce qui t’est caché, te sera dévoilé. Car il n’y a rien de caché qui ne se manifestera » (logion 5 in Évangile selon Thomas, Dervy, Paris, 1994, p. 27).

Pourquoi ne pas nous entraîner à exister dans ce plan de réalité matérielle comme nous existerons dans les autres réalités successives ? Plus grande sera notre transparence, plus facilement, nous évoluerons.

La transparence est aussi la réalité de nos anges et des êtres très évolués. Ils sont invisibles, ils observent, ils comprennent. C’est une qualité de l’Être spirituel. La transparence englobe les êtres et les choses. Tel un rayonnement. Nous pouvons expérimenter cela. La communion d’esprit n’en sera que plus forte.

Références

Bien qu’étant une notion peu utilisée en spiritualité, une auteure a publié un livre sur ce thème : Penney Peirce, Transparence : La puissance de la transformation, Guy Trédaniel, 2020. L’auteure américaine y défend l’idée d’une nouvelle ère qui débute à présent, une transformation de notre société, vers « une intuition éclairée ».

Ici, le lien de son site web. Elle a créé un blog en phase avec l’actualité présente.

En français, on peut aussi lire son livre L’intuition : une voix qui ne trompe pas, Le grand livre du mois, 2000. Dans sa langue natale, elle a également publié Frequency : The power of personnal vibration, S&S International, 2009.