Décontaminer ses fruits et légumes après achat

Soyons logiques : si le SARS-CoV-2 peut se déposer sur n’importe quelle surface – et nous savons que c’est le cas puisque les malades en chambre contaminent tout leur environnement dont les objets qui s’y trouvent -, il n’y a aucune raison qu’une personne contaminée ne puisse pas infecter des fruits et légumes avec lesquels elle est entrée en contact. Que faire alors pour les décontaminer après achat ?

Nous avons lu avec attention une étude de l’ANSES (Agence nationale de Sécurité sanitaire de l’alimentation) dont nous exposons ici le résumé, tout en y apportant des données complémentaires :

Il convient d’abord de se laver les mains méthodiquement et de nettoyer tout son espace de travail (alcool, par exemple). En effet, les contacts avec des surfaces contaminées doivent être soigneusement écartés.

Les fruits et légumes peuvent être nettoyés au vinaigre non dilué, bien rincés à l’eau, puis séchés avec un essuie-tout à usage unique. Pour les fruits que l’on ne destine pas à la cuisson, l’idéal serait de les laisser à l’air libre 48 heures : une sécurité en plus ne peut pas nuire car le coronavirus se dégrade dans l’atmosphère avec le temps.

En ce qui concerne les légumes, s’ils sont cuits pendant 4 minutes à plus de 60 degrés – 63 degrés pour le test publié par l’ANSES – tout risque serait écarté – « serait » au conditionnel car une autre étude plus récente (non encore validée par la communauté car publiée sur bioRxiv) mentionne plutôt 92 degrés pendant 15 minutes.

En revanche, le coronavirus est toujours actif (« stable » dans leur vocabulaire) lorsque l’aliment est cru (il peut nous contaminer pendant la phase de mastication par les voies respiratoires), et la réfrigération ou la congélation sont sans effet sur lui !

« La réfrigération et la congélation ne constituent donc pas un traitement d’inactivation pour ce micro-organisme« .

Par conséquent, cela signifie qu’il faut se méfier des préparations culinaires, des sandwiches, de l’alimentation à emporter s’il n’y a pas eu de garantie sur l’hygiène indispensable nécessaire. Raison de plus avec l’alimentation crue comme par exemple les sushis. En cette période de pandémie, il serait raisonnable de favoriser l’alimentation cuite avec les 60 degrés préconisés si l’on ne veut prendre aucun risque.

En revanche, ne mettons pas en danger notre santé en lavant les fruits et légumes à l’eau de Javel. Cette pratique est hautement toxique. Pensez plutôt au bicarbonate de soude dilué dans de l’eau, au vinaigre ou au citron. Voici un lien qui démontre (en anglais) que le bicarbonate de soude (ou bicarbonate de sodium) a véritablement une efficacité « virucide ». Vous ne mettrez pas ainsi votre vie en danger. Le chlore (eau de Javel) ne doit pas être ingéré, ni même entrer en contact avec la peau. C’est une substance toxique pour l’organisme. Il peut produire une irritation importante de la bouche, de l’œsophage et de l’estomac. Voici un lien à consulter pour en comprendre les dangers, y compris pour nos animaux domestiques.