Divulgation ovni d’ici juin 2021 (John Ratcliffe)

Voici un sujet d’une importance historique et qui est pourtant encore très peu relayé en France et dans les pays francophones sur la toile. Même si elle concerne en premier lieu les États-Unis, c’est tout de même un événement d’importance mondiale et décisif pour l’avenir. Elle n’est pas si étonnante dans « le calendrier » car elle succède à la création de l’United States Space Force le 20 décembre 2019 qui succède à son tour au renouveau des projets lunaires et martiens. Il est clair que les choses s’accélèrent.

Une divulgation « modérée » ?

Une divulgation est donc prévue. Mais de quelle divulgation parle-t-on ? On assiste déjà à des fantasmes opposés. Certains s’imaginent que tout va être révélé, ce qui ne risque pas d’arriver. En effet, au cours de l’histoire, les secrets en matière de technologie ont toujours permis de privilégier « une marge importante » entre ce qui est dit, révélé au grand public et ce qui se pratique réellement en coulisses pour des raisons de sécurité stratégique. On ne risque donc pas d’apprendre qu’il y a, par exemple, déjà une base humaine sur Mars (souterraine), alors qu’on vient juste de mettre en scène et en œuvre l’envoi de sondes, de robots puisque plusieurs pays jouent ce même jeu de façade. The show must go on : le théâtre doit continuer. Et de l’autre côté, d’autres comme Steven Greer (qui est le porte-parole de nombreuses personnalités) s’imaginent que c’est le signal alarmant de la mise en scène d’une fausse attaque extraterrestre qui légitimerait les plans d’une dictature mondiale, d’un branle-bas de combat général (thèse du documentaire de Michael Mazzola). Je n’adhère pas non plus à cet extrême opposé car si un seul aéronef pseudo extraterrestre est abattu, c’est une technologie high-tech qui est donné à tout le monde : l’avancée secrète serait perdue. Ainsi, ni la grande divulgation, ni la peur paranoïaque ne risquent de se trouvées confortées dans les faits. Quelle divulgation aura-t-on ?

En fait, il faut scruter avec attention les indices qu’on nous a laissés. Quels sont-ils ? D’où proviennent-ils ? Ils proviennent de John Ratcliffe, ancien directeur du renseignement national américain. Intéressons-nous à ses déclarations :

« Parfois, nous nous demandons si nos adversaires ne disposent pas de technologies un peu plus avancées que ce que nous pensions ou que nous avons réalisées »

Il semblerait que la peur ne soit pas tant des ovnis extraterrestres qui, comme on le sait, sont capables de disparaître en un clin d’œil, voire aussi d’être invisibles à l’œil nu et aux radars (c’est un fait avéré notamment par ce qu’on nomme « les photos surprises » : des ovnis qui apparaissent sur des clichés photo alors que rien n’était visible à l’œil nu), mais d’ovnis fabriqués par rétro-ingénierie d’autres puissances étrangères. Ceci signifie donc que les USA ne sont pas certains de conserver leurs avantages sur d’autres nations car si les américains sont capables de faire de la rétro-ingénierie sur des aéronefs écrasés par accidents, d’autres puissances peuvent le faire également. Même réflexion pour les collaborations avec des peuples extraterrestres dans des bases souterraines. Dans ce cas, le secret sur les ovnis pourrait se retourner contre eux car d’autres puissances étrangères pourraient utiliser le déni à leur profit. Il y a donc un intérêt stratégique, à présent, d’orchestrer une divulgation, mais nous allons voir que c’est une divulgation « modérée » qui est sans doute la stratégie favorisée. Quelle serait-elle ?

La divulgation modérée serait celle d’une surprise feinte : « Finalement, les ovnis sont bien une réalité énigmatique et mériteraient d’être étudiés sérieusement » avec photos et vidéos à l’appui. On aurait ainsi plus de vigilance sur tous les sites stratégiques qui pourraient être visités par des puissances ennemies terrestres. Et ainsi, pendant que les scientifiques se posent des questions sur des bases plus décomplexées que naguère (en remettant en cause la Relativité Générale), bien que toujours livrés à eux-mêmes et à leurs spéculations, les forces militaires secrètes conservent leurs avancées technologiques.

La divulgation sert donc des intérêts nouveaux qui ne sont pas ceux du grand public, mais ceux de la sécurité nationale, à commencer par celle des États-Unis.

Deux divulgations pour le prix d’une

Néanmoins, les choses ne se déroulent pas toujours de façon univoque et unilatérale. En effet, les peurs de Steven Greer et des personnalités qui l’ont élu comme porte-parole officiel sont si élevées qu’ils ont prévu de saper une éventuelle « fausse attaque extraterrestre ».

Comment comptent-ils s’y prendre ? En opérant une véritable divulgation, ce qui nous donnera deux divulgations pour le prix d’une. Steven Greer a annoncé sur sa chaîne youtube qu’il allait réaliser un documentaire libre, gratuit qui démontrera que des aéronefs révolutionnaires existent déjà et donc, qu’une fausse attaque extraterrestre pourrait facilement être mise en scène.

Mais ce faisant, sa divulgation renforcera la légitimité des autres craintes de la divulgation modérée… À se demander si tout cela n’est pas piloté par une main habile car à mon sens, il est évident que Steven Greer a été manipulé. Comment puis-je l’affirmer ?

Steven Greer croit sincèrement que les mutilations animales sont des mises en scène militaires pour effrayer les populations et les mettre sur le compte des extraterrestres. Mais la réalité du terrain est autre. Dans le monde entier, des petits Gris ont été observés en train de faire leur vile besogne (soit un peu avant, soit juste après les faits incriminés). Linda Moulton Howe a produit des reportages filmés de qualité sur le sujet, démontrant une technologie à base de scalpels au laser très précise, avec une technicité chirurgicale qui dépasse nos capacités actuelles, notamment pour faire disparaître toute trace de sang dans les carcasses retrouvées (ce qui rejoint aussi des études dans divers livres spécialisés). Trop de mutilations sont constatées dans le sillage d’ovnis sur beaucoup d’espèces animales (vaches, taureaux, chevaux, etc.). Manifestement, elles correspondent à un besoin lié à certains organes communs à tous les animaux (oreilles, yeux, langue, parties génitales, sang, etc.). Il est évident que les militaires ont d’autres choses à faire et d’autres préoccupations. Steven Greer croit aussi que les enlèvements avec inspections médicales relèvent d’une autre mise en scène par le même groupe militaro-industriel. Mais la réalité du terrain ufologique révèle que pratiquement toutes les espèces extraterrestres de passage sur Terre font preuve de curiosité pour notre ADN et notre physiologie (le livre de Stéphane Allix, Extraterrestres : l’Enquête, J’ai Lu, 2016, le démontre, y compris avec des êtres « de lumière » à la silhouette floue). Les enlevés véritables sont assez unanimes sur le sujet et décrivent parfois une transcendance spirituelle, ainsi que d’autres facultés psychiques suite aux implants posés et à leurs contacts très rapprochés (cf. le livre du Dr Roger Leir, Ovnis et implants, Mercure Dauphinois, 2003, pour leurs propriétés physiques et les livres du Dr John E. Mack, ainsi que ceux de Dolores Cannon pour l’aspect spirituel – qui sont traduits en français). Ce n’est donc pas la piste militaire qui est à retenir, encore une fois.

Il y a manifestement une désinformation à l’œuvre que beaucoup ont constaté et dont est victime Steven Greer – désinformation qui le pousse à croire à l’orchestration d’une mise en scène d’une fausse attaque extraterrestre (qui serait imminente) et finalement de jouer le jeu qu’on attend de lui en donnant de l’eau au moulin.

Nous aurons donc deux divulgations pour le prix d’une, l’une renforçant la crédibilité de l’autre. Toutefois, le but poursuivi par Steven Greer et de beaucoup d’autres est d’espérer qu’un jour prochain l’humanité puisse bénéficier de l’énergie libre et de toutes les technologies secrètes qui pourraient permettre l’avènement d’un monde meilleur, plus égalitaire et dépollué.

On voit qu’on a beaucoup de pain sur la planche car l’UE et le mondialisme ont d’autres projets qu’ils ont précipité avec l’apparition de la Covid. Heureusement pour nous tous, de plus en plus nombreux sont ceux qui comprennent la logique qui est mise en œuvre pour détruire les nations de l’intérieur avec l’UE, la confiscation progressive de nos libertés et la manipulation du génome humain par les vaccins ARNm, sans parler des ondes de cinquième génération dont beaucoup de scientifiques connaissent l’impact écocide sur l’environnement et la santé humaine. On pouvait parler de délire complotiste quand aucun fait ne venait étayer cette théorie avec la mise en œuvre d’un « Nouvel Ordre Mondial ». Mais quand les faits sont patents, précipités et simultanés, comment peut-on ne plus les prendre au sérieux ? Le Pape a lui-même appelé de ses vœux ce Nouvel Ordre Mondial en le vantant comme on nous ventait l’Europe pour le bien de tous les pays concernés. Finalement, les lanceurs d’alerte ont fait du bon travail car comme dirait l’autre, ceux qui ont encore des yeux pour voir et des oreilles pour entendre ont des chances de ne pas finir aveugles et sourds.

Tout ceci est lié par un contexte mondial actuel. Une divulgation dans ce contexte déjà difficile va accentuer les prises de conscience qui sont certainement nécessaires pour l’éveil collectif qui sera mondial en 2025 avec des choix de société radicalement différents. Mais d’ici là, nous aurons certainement à subir les contrecoups de ces tensions violentes et opposées. D’une certaine façon, une naissance est toujours difficile, même si elle est belle en soi et certainement nécessaire.

Il est normal que chacun ait ses propres peurs pendant cette période de flottements, d’incertitudes et de manigances au plus haut niveau. Mais s’il n’y avait pas eu l’avènement de la Covid, nous aurions certainement succombé aux projets d’une élite qui avait mis tous ses pions en place sur l’échiquier mondial. Rappelons les révélations de Philippe de Villiers : les grands de ce monde avaient planifié (à ne pas confondre avec « orchestrer volontairement » car ce n’est pas le cas) le scénario du virus mondial dans une assemblée à laquelle il était présent. Certaine études de la CIA (je fais référence à ce livre présenté par Alexandre Adler) avaient fait la même projection probabiliste, sa déclaration n’est par conséquent pas douteuse. Cette élite était donc en mesure de tirer profit de la situation et c’est exactement ce qui s’est produit. Experte dans l’art de manipuler les masses, nous vendant l’Europe comme la 5G, ces acteurs très influents savent très bien nous faire désirer nos chaînes serviles, nous faire tomber dans des addictions. Les prisons les plus efficaces sont celles que l’on ne soupçonne pas. Les prisons mentales sont les plus redoutables, raison pour laquelle il faut se méfier des croyances que l’on nous impose dans les médias dominants ou mainstream. Rappelons que la France se voit classée 34ème au niveau de la liberté de la presse en 2020. Ce classement sera encore plus médiocre en 2021 lorsqu’on apprend que le gouvernement a décidé de surveiller les réseaux sociaux en y plaçant 2,8 millions d’euros. Là encore, ce sont des faits vérifiables et ils sont éloquents : la santé de nos démocraties est en péril car pensée unique et système totalitaire vont de paire. Serons-nous surpris d’apprendre qu’en Inde, il s’est produit la même chose à deux mois d’intervalle (24 février 2021) ? Difficile de dire que les contrôles des réseaux sociaux sont justifiés pour les réélections : là est la « fake news ».

Pour tous ceux qui ne voulaient pas croire à la réalité des ovnis – et je pense notamment aux religieux -, le choc risque d’être profond. Ce sera à chacun de nuancer, de tempérer les esprits pour ne pas céder au fanatisme ni à la paranoïa. Certaines vérités sont celles du bon sens. Beaucoup l’ont déjà dit mais cela fait du bien de le rappeler quand les esprits sont confus : les civilisations plus âgées et plus évoluées que la nôtre auraient largement pu nous asservir et nous éliminer si elles l’avaient voulu. Cela leur aurait été d’une grande facilité et sans attendre aujourd’hui. Par ailleurs, quand l’univers entier leur ouvre les bras, elles n’ont aucune raison de faire une fixation obsessionnelle sur la planète Terre comme s’il s’agissait du joyau le plus précieux de l’Univers ou du Multivers. C’est l’homme du fait de sa mégalomanie et de son anthropocentrisme qui place la Terre au centre de toutes les convoitises. Les matériaux les plus rares, les plus précieux et les plus utiles pour l’aérospatial ne sont présents sur Terre qu’en de faibles quantités (par exemple les métaux tels que le scandium, l’yttrium et la famille des lanthanides sont présents en quantités infinitésimales sur Terre). La Chine a compris l’enjeu des métaux rares pour l’avenir ; elle a d’ailleurs envoyé récemment, le 10 février 2021, la sonde Tianwen-1 en orbite autour de Mars. Ceci démontre également le grand intérêt d’explorer l’univers pour recueillir plus de ressources pour ces matières premières trop rares et donc trop coûteuses sur Terre.

« Un grand nombre de métaux et minéraux rares sur notre planète se trouvent en quantités quasi illimitées dans l’espace »

Dr Peter Diamandis, co-fondateur et co-président de Planetary Resources.

Il ne faut donc pas écouter l’ufo-délirium des peurs paranoïaques et de leurs partisans.

Ceci dit, les extrêmes positifs au niveau des croyances ne sont pas sains non plus car si notre humanité est déjà terriblement complexe à appréhender, on peut concevoir à plus forte raison que cette complexité est aussi celle des autres civilisations. Notre violence et notre immaturité peuvent poser problème à certaines civilisations. Toutes ne réagissent pas de la même façon car chacune est différente. Certaines ont peur et ne souhaitent pas nous fréquenter (car notre destinée est vouée à l’expansion spatiale). La peur peut générer des conflits et pas uniquement sur Terre. Nous devrons donc nous méfier de ces charlatans qui ont tendance à angéliser et à diaboliser tous les êtres avec qui ils prétendent être en contact. Les charlatans sont nombreux soit parce qu’ils ont un intérêt commercial derrière, soit parce qu’ils aiment vivre dans un imaginaire débridé, fuyant ainsi un monde peut-être jugé trop terne. Ces deux raisons peuvent s’associer. Il est vrai que dans l’ignorance, on peut facilement se faire duper, mais rappelons-nous que nous avons un sens critique ou du bon sens et qu’il est toujours préférable de prendre du recul sur tous les discours, toutes les opinions pour faire preuve de discernement. Prenons un exemple, sur Terre, nous avons une majorité de religieux, mais la doxa scientifique est largement athée depuis la victoire du matérialisme sur le spiritualisme. Cette diversité se reflète aussi au sein des autres civilisations. Certaines adhèrent à un Dieu, d’autres à un principe abstrait tel que l’être en chaque chose et en chacun, tandis que d’autres sont athées. Il nous faudra aller bien au-delà du clivage anges/démons pour aborder ces civilisations car « une lecture toute faite » ne peut conduire qu’à la caricature.

Sans doute, certains vont aussi s’imaginer que ces civilisations peuvent nous sauver de nous-mêmes, nous transplanter ailleurs. Mais nous sommes presque huit milliards sur la planète. Il n’est pas réaliste d’imaginer une telle chose à grande échelle. Une telle extrémité ne serait envisagée qu’en cas de destruction globale avérée et inévitable et nous sommes encore loin de cette extrémité qui n’arrivera sans doute pas. Il est plus simple (plus économique au niveau des moyens) d’empêcher la destruction globale de la planète pour sauver l’humanité que la transporter ailleurs. C’est encore le bon sens qui parle et non pas une boule de cristal. C’est toutefois plus que le bon sens car ils ont déjà empêché un conflit mondial nucléaire par le passé. Ce n’est pas par hasard que tous les sites nucléaires de la planète ont essuyé des démonstrations de force comme des avertissements. Ce fait est admis par les ufologues de terrain. Il y a beaucoup plus qu’une raison unique à leur présence sur Terre.

Lâcher-prise et réceptivité

Comment s’y retrouver dans un tel contexte déstabilisant ? Nous avons chacun une source spirituelle qui peut nous aider, nous guider, nous conseiller. Nous pouvons accéder à une vérité intérieure et la reconnaître en autrui.

Pour accéder à cette source de vérité, il faut déjà lâcher-prise avec toutes les croyances car celles-ci sont des œillères dogmatiques. Les idéologies empêchent d’accéder à des connaissances supérieures (puisqu’elles rejettent tout ce qui les dérange). Bien sûr, certains peuvent jouer sur les mots tels des sophistes et prétendre que tout, absolument tout, est croyance. Mais ces raisonnements purement intellectuels sont des jeux de l’esprit et ne conduisent nulle part. Il ne s’agit pas de sombrer dans la folie en ne croyant en rien de ce qui est évident. Le bon sens peut être alimenté par l’amour de la vie, tout simplement. Dans cet amour authentique, il y a de l’empathie et parfois même de la télépathie, ce qu’ont pu remarquer ceux qui ont des animaux avec lesquels ils entretiennent des liens profonds. Nous ne sommes donc pas totalement ignorants. La vie est en nous et autour de nous et la vérité recherchée fait corps avec elle. Si nous avons tant de problème avec la vérité ou les vérités, c’est parce qu’au nom des idéologies, nous nous fermons par peurs ou par principes à tout ce qu’elles rejettent. L’état de non-croyance est un état de totale ouverture. Or, quand nous sommes ouverts au tout de la vie, la vérité jaillit d’elle-même. Vie et vérité sont comme des synonymes si la vie n’est plus un concept intellectuel plaqué de l’extérieur sur les choses, mais un état vécu, éprouvé de l’intérieur.

Les ressources de l’imagination créatrice

Nous faisons donc lien avec la spiritualité. La meilleure façon d’aborder ce que nous vivons et allons vivre est de cultiver la sérénité car l’issue sera positive, même si des armatures, vieilles et trompeuses doivent tomber tout d’abord. Mais nous n’en serons que plus légers et plus libres. Il faut bien comprendre qu’on ne peut pas à la fois être libre et être esclave. Certaines chaînes oppressantes doivent donc tomber.

Par ailleurs, la visualisation, la créativité sont des réalités de notre essence spirituelle. Tous, nous pouvons visualiser une issue heureuse aux grands bouleversements du monde. Nous pouvons même avoir l’intuition de ce qui doit chuter pour permettre l’avènement d’un monde meilleur. Nous pouvons tous devenir un peu visionnaires et lucides. Certains diront que l’espoir est encore une croyance, mais notre imagination peut avoir un autre rôle que celui d’un refuge mental. Notre imagination peut servir à créer, élaborer, visualiser, faire émerger. Elle est un outil et non nécessairement un artifice. Pourquoi la réduire seulement aux rêves nocturnes ou aux chimères quand elle peut être beaucoup plus que cela ? Si nous sommes sur cette Terre, ce n’est pas pour vivre comme des machines, des robots, des esclaves ou des rêveurs en fuite de la réalité. Et se libérer, ce n’est pas seulement comprendre les mensonges et les tromperies du monde comme avec l’UE et le mondialisme, c’est aussi créer, visualiser, imaginer, entreprendre, partager, échanger, coopérer, reconstruire.

Pour terminer, je dirai que je constate beaucoup de convergence dans les prises de conscience et même dans les issues, les solutions, les méthodes proposées. Nos pensées ne nous appartiennent pas comme des objets physiques. Elles sont volatiles. Elles sont émises et captées. Beaucoup connaissent le plan astral, mais il existe aussi le plan mental au-dessus. De nombreuses civilisations utilisent la télépathie. De même, dans l’au-delà, la télépathie est le langage courant. L’esprit est communicatif. Ainsi, les prises de conscience le sont et l’effet domino est bien réel. C’est aussi pourquoi il ne faut pas céder à la peur qui paralyse le bon sens et nos plus belles facultés. Dans les arts martiaux, les plus haut niveaux sont atteints par ceux qui maîtrisent leurs émotions et leur esprit. Il n’y a donc plus de véritable combat au plus haut degré si ce n’est sur soi-même uniquement.

Si la peur devient l’ennemie et l’amour, l’ami, nous parviendrons à nous dépasser nous-mêmes.

De toute façon, il faut de l’enthousiasme pour reconstruire, de l’élan, de l’envie, une beauté intérieure. Les belles valeurs sont à cultiver car elles sont précieuses et fondatrices.

Ne sous-estimons pas non plus ces civilisations extraterrestres car très souvent, si les rencontres sont marquantes, c’est que ces êtres ont un éveil spirituel et des facultés très supérieures non pas à nos capacités latentes, mais à notre hypnose de masse. Les juger depuis un point de vue « primitif » ou étriqué ne peut pas conduire à une compréhension profonde. Nous avons donc besoin d’éveil spirituel pour mieux comprendre « la grande image » (big picture), c’est-à-dire le vaste panorama où nous existons parmi tous ces êtres d’ici et d’ailleurs.

Nous sommes un peu comme ces petites tortues qui viennent de naître sur le rivage qui prennent juste conscience de l’existence d’un océan plein de vie qui les attend. Elles se croyaient seules dans tout l’univers.

Nous nous ferons l’écho sur Ulluriaq.com de la divulgation de Steven Greer en la résumant en français. Même si nous n’adhérons pas aux peurs insufflées d’une fausse invasion extraterrestre, il est tout de même sain de savoir qu’il existe des technologies pour avoir une vie moins médiocre sur Terre. Cela peut redonner espoir pour reconstruire notre humanité sur de meilleures bases.